CPC-SKEK

Fruits

Le groupe des fruits est très varié et comprend les fruits à pépins et les fruits à noyaux, ainsi que d’autres types.

Fruits à pépins:pomme, poire, coing et nèfle
Fruits à noyaux:prune, pruneau, mirabelle, cerise, abricot, pêche, amande
Autres types:noix, noisette, châtaigne, figue

Jadis

Les fruits font partie de l’alimentation du genre humain depuis toujours. Les romains maîtrisaient déjà la technique du greffage et l’introduisirent en Europe.

Au moyen-âge, les arbres fruitiers étaient cultivés surtout dans les monastères et les couvents.

Au début du 20e siècle, les arbres fruitiers étaient un apport important de l’auto-approvisionnement en Suisse. Durant la guerre, ils étaient utilisés – surtout sous forme déshydratée – comme succédané de sucre. Autrefois, les gens s’efforçaient le plus possible de cultiver une large gamme de variétés afin qu’ils puissent récolter malgré des conditions climatiques extrêmes (année très humide, très froide ou très chaude).

Beaucoup de variétés suisses sont issues de semis aléatoires. Aussi, certaines ont été cultivées de façon ciblée. Des variétés proviennent aussi des pays voisins. De plus, des collecteurs de graines qui voyageaient beaucoup apportèrent de pays lointains des rameaux-greffons. De cette façon, certaines variétés étrangères ont été naturalisées.

Après la seconde guerre mondiale, l’agriculture s’industrialisa et les habitudes de consommation changèrent dans la société. Le défrichement des terres s’étendit partout en Suisse et le volume élevé des constructions conduisit à la disparition de beaucoup d’arbres.

Aujourd'hui

L’intérêt pour les variétés traditionnelles ou anciennes ressurgit depuis quelques années. Grâce aux nombreuses organisations-membres de la CPC, des milliers de variétés de fruits ont été inventoriées et sauvées avant leur disparition.

L’inventaire national comprend environ 1300 variétés de pomme, 800 variétés de poires, 400 variétés de cerises et 300 variétés de prune. Ces chiffres sont remarquables et en particulier lorsqu’on considère que la Suisse ne compte pas parmi les plus grand pays.

La conservation des variétés de plantes est une entreprise laborieuse. Et d’autant plus pour les variétés des fruits, car ce sont les arbres qui doivent être conservés plutôt que les graines.