CPC-SKEK

Petits fruits

Jusqu’au 18e siècle la récolte des baies se faisait uniquement dans les haies et les lisières sauvages. La culture dans les jardins était alors peu connue. Les principales espèces de petits fruits sont les fraises, framboises, mûres, myrtilles, groseilles, cassis et les raisinets. Les fraises à gros fruit (Fragaria x ananassa) sont le produit d’un croisement entre des formes sauvages d’Amérique du sud et du nord. La fraise des quatre saisons (Fragaria vesca var. semperflorens) dérive de la fraise des bois indigène. Les framboises et les mûres appartiennent au même genre Rubus alors que les groseilles rouge et blanches, les cassis et les groseilles à maquereau appartiennent au genre Ribes.

Du point de vue de la production, celle des baies demande un important savoir-faire car ces fruits pourrissent vite. En l’espace de quelques jours, les fruits doivent être récoltés, emballés, transportés, vendus et consommés. Ce sont très souvent les producteurs qui assument une part importante de toute cette chaîne logistique. Ces dernières années, le marché des baies constate une demande grandissante en petits fruits exempts de pesticides et issus de cultures biologiques.

Une conservation parfois complexe

Les petits fruits, tout comme d’autres cultures, font l’objet de mesures de conservation à l’échelle internationale et nationale. En Suisse, des projets assurent la conservation des fraises, framboises, mûres, groseilles à grappes, à maquereau et des cassis. Les variétés d’importance pour la Suisse et qui doivent être conservées à long terme figurent sur la liste positive Petits fruits. Cette liste contient actuellement 205 variétés (état 26.08.2015). Les espèces qui ne se multiplient pas par drageons ou stolons peuvent être conservées dans des collections où la culture est traditionnelle en sol, cela sans risque de mélange de variétés. C’est le cas des groseilles à grappes et à maquereau, et des cassis que l’on trouve dans deux collections du PAN à Riehen (Bâle) et à Noflen (Berne). Ces deux collections sont gérées par l’organisation ProSpecieRara sous mandat de la confédération.

Le processus de conservation des fraises, framboises et mûres est complexe et nécessite une étroite coordination entre les différents partenaires des projets. Les variétés importantes à conserver pour la Suisse se trouvent dans la collection d’introduction à Riehen. Là, des experts déterminent morphologiquement les variétés grâce à leurs connaissances morphologiques pointues. Ensuite il s’agit de les multiplier. Pour cela, elles sont envoyées dans la collection de Conthey (VS) qui possède les connaissances de technique culturale. Après multiplication du matériel, les variétés sont acheminées à Changins, dans le laboratoire d’Agroscope afin d’y être conservées in vitro et éventuellement assainies si une contamination par des germes est décelée. Actuellement, 84 variétés de fraises, framboises et mûres (état 26.08.2015) sont conservées in vitro dans la collection d'Agroscope Changins.