CPC-SKEK

NEWSLETTER CPC

Eté 2020

Chers membres de la CPC et intéressés

Nous espérons que vous avez bien surmonté la période de turbulences liée au COVID19, que vous et vos proches allez bien et que vous avez maintenant la possibilité de continuer à travailler sur vos projets.

L'assemblée générale de la CPC, initialement prévue le 31 mars, a été reportée au 27 août 2020. Le lieu n'est pas encore connu en raison de changements à court terme. De plus amples informations suivront dès que possible.

Cette année, le congrès RPGAA aura lieu le 12 novembre à l'Inforama Rütti à Zollikofen.

Dans cette lettre d'information, vous trouverez également des articles intéressants sur l'état mondial de l'agrobiodiversité, une fiche technique du SCNAT sur le forçage génétique et des nouvelles de la modification du droit européen sur les brevets concernant les plantes et les animaux d'élevage.

Nous vous souhaitons une bonne lecture et un bon début d'été. Restez en bonne santé !

Le bureau de la CPC

Du côté de la CPC

Notre excursion d'été sur le thème des plantes médicinales a été reportée à début juin 2021

En raison de la pandémie de COVID 19, nous avons dû reporter notre excursion d'été à l'année prochaine, au début juin. Il ne nous reste plus qu’à nous réjouir avec beaucoup d’avance de l’approche de cet évènement.

 

To top

Un nouveau visage
Nous sommes heureux d'accueillir Maximilian Jacobi comme nouveau stagiaire dans notre bureau de Berne, depuis le 15 juin 2020. Il se présente les lignes suivantes.

Bonjour, je m'appelle Maximilian Jacobi, j'ai 26 ans et je viens de terminer ma licence franco-allemande de géographie à Fribourg et à Bordeaux. En dehors de mes études et de mes divers petits boulots, les voyages étaient la principale activité à laquelle je consacrais la plus grande partie de mon temps libre. Ces voyages de découverte dans le vaste monde m'ont amené dans de nombreux endroits différents. Dans des jungles humides et des déserts arides. Le long des côtes stériles et sur les continents fertiles. Que ce soit par les transports publics, à moto ou en auto-stop. Aucun voyage n'a été comme les autres, aucune expérience n'a été répétée. Et pourtant, dans ce vivier d'expériences absolument hétérogènes, quelque chose d'uniforme - quelque chose de cohérent - s'est développé : Le désir irrépressible de laisser cette planète aux générations futures dans un meilleur état que celui dans lequel je l'ai trouvée moi-même. J'ai donc décidé de m'orienter professionnellement vers la protection de l'environnement.

« Mais pourquoi la CPC ? »

Je suis heureux que vous me posiez la question. Quiconque a été autorisé à évoluer dans des cercles de cultures étrangères aura remarqué certaines différences. Surtout, ils auront remarqué des différences. En fait, je n'ai remarqué presque que des différences. Avec moi - un gourmand avoué - surtout sur le plan culinaire. Quelle richesse d'épices, de légumes et de fruits, dont la plupart des gens ici en Suisse n'ont même jamais entendu parler. En plus de tous les avantages et inconvénients liés au paysage, à la culture et au climat, j'ai toujours apprécié les aperçus de la cuisine locale à un degré extraordinaire. Mais - comme je l'ai récemment découvert - la découverte de nouvelles gourmandises peut se faire aussi bien en Suisse qu'ailleurs. Et cela grâce à la survie et à la conservation des fruits et légumes traditionnels et rares. Je suis donc heureux de faire partie de la CPC et de son engagement pour la protection de la biodiversité - en particulier la diversité génétique - et en même temps pour la promotion de la diversité culinaire, permettant ainsi des expéditions épicuriennes en Suisse. Surtout si la renonciation personnelle aux voyages longue distance qui en résulte bénéficie également à la protection de l'environnement.

To top

Congrès CPC 2020 sur le thème de l’agrobiodiversité

Notre congrès annuel RPGAA sera une journée d'information le thème de l'agrobiodiversité et le rôle des anciennes variétés. Elle aura lieu le jeudi 12 novembre 2020 à l'Inforama Rütti à Zollikofen BE. Veuillez réserver dès maintenant la date dans votre agenda ! De plus amples informations seront disponibles en temps voulu.

To top

Rapport annuel 2019

Le rapport des activités annuelles de l'association est disponible sous: https://www.cpc-skek.ch/fr/publications/rapports-cpc.html

 

To top

Du coté des membres CPC

Fructus élit « la Poire à cuire » suisse variété fruitière de l’année 2020

La variété fruitière de l’année s’appelle Poire à cuire suisse et est aussi connue sous les noms suisses allemands « Chugelibire », « Imbeli » ou « Klausbirne ». Sa particularité est qu'elle est utilisée presque exclusivement en cuisine, qu'elle soit frite, cuite au four ou cuisinée, développant un arôme intense qui fait de la poire un mets délicat. Elle ne devient comestible qu'au cours de l'hiver, lorsque sa couleur de base verte s'éclaircit lentement. À l'origine, la Poire à cuire suisse provient de la rive droite du lac de Zurich et il ne reste aujourd'hui que quelques exemples de cette ancienne variété de poire. La Poire à cuire suisse est un bien culturel ancien et contribue également à la préservation de la biodiversité. L'arbre est robuste, ne pose pas d'exigences particulières et se qualifie donc également pour la culture en haute altitude.

 

Plus d'information:

To top

International

Il était temps ! Interdiction des brevets sur les animaux et les plantes d'élevage conventionnel

Récemment, l'Office européen des brevets (OEB) a pris la décision, à laquelle les petits éleveurs aspirent, qu'à l'avenir, plus aucun brevet ne pourra être déposé pour les animaux et les plantes issus de la sélection conventionnelle. C'est important pour la Suisse, car les brevets délivrés par l'OEB sont également valables dans notre pays.

Après une décennie de lutte, les organisations Public Eye, SWISSAID et ProSpecieRara ont finalement réussi, au cours de la première moitié de ce mois, à obtenir une interdiction de la Grande Chambre de recours de l'OEB grâce à une coopération dans le réseau "NO PATENTS ON SEEDS!". L'interdiction va à l'encontre du droit de revendiquer des brevets sur des plantes et des animaux élevés de manière conventionnelle - des espèces végétales et animales qui n'ont pas été sélectionnés par génie génétique, mais par des moyens traditionnels.

La base juridique a été interprétée différemment par l'OEB il y a cinq ans : bien que la Convention sur le brevet européen interdise en principe les brevets sur les méthodes de sélection "essentiellement biologiques". En 2015, l'OEB a encore déclaré légal le brevetage des plantes et des animaux élevés de manière conventionnelle. Ce n'est que sous la pression croissante de la Commission européenne, du Parlement européen, des associations d'éleveurs, des ONG et finalement aussi des États membres pendant de nombreuses années que l'interprétation initiale a été reconsidérée.

Mais cette victoire comporte quelques écueils. Par exemple, les différences entre la "sélection conventionnelle" et les "inventions techniques" doivent être plus clairement définies afin de prévenir le danger d'abus de ces catégories. Après tout, les mutations aléatoires du génome pourraient encore être utilisées par les grandes entreprises pour revendiquer des espèces végétales et animales comme des inventions.

Un autre inconvénient est que la nouvelle interprétation ne s'appliquera aux brevets qu'à partir du 1er juillet 2017, ce qui garantira près de vingt années d'existence supplémentaires pour les brevets plus anciens qui ne sont plus susceptibles d'exister sous cette forme.

Mais bien qu'il reste encore quelques lacunes à combler, le réseau "NO PATENTS ON SEEDS!" a franchi une étape décisive avec cette décision de la Grande Chambre de recours de l'OEB. Chapeau !

 

En savoir plus sur la lutte pour les droits de brevet sur les semences 

To top

Gene Drives: Malédiction ou bénédiction?

La modification artificielle du matériel génétique est-elle la solution à tous les problèmes ? Ou les « Gene Drives » ne sont-ils que la cause de problèmes beaucoup plus complexes et irréversibles ? La réponse à ces questions ressemble beaucoup plus à une profession de foi subjective qu'à une réponse objective et rationnelle. Mais peu importe ce en quoi vous croyez, Gene Drives viendra très probablement. Pour obtenir le meilleur résultat possible pour les générations actuelles et futures, un dialogue ouvert et transparent est essentiel. Vous trouverez ici des informations de base importantes pour participer à ce dialogue :

To top

La diminution de l'agrobiodiversité met en danger la sécurité alimentaire

L'agrobiodiversité a connu un déclin spectaculaire au cours des dernières décennies. Alors que quelques 7000 espèces de plantes étaient autrefois cultivées, aujourd'hui, seules 80 espèces environ contribuent de manière significative à l'approvisionnement alimentaire mondial. En tant que pilier de la sécurité alimentaire, l'agrobiodiversité doit donc être restaurée de toute urgence. Une nouvelle fiche d'information publiée par l'Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT), à laquelle ont participé des chercheurs du "Centre for Development and Environment" (CDE) de l'Université de Berne et du Forum sur la biodiversité, résume le déclin et ses conséquences et présente des mesures possibles dans les domaines politique et scientifique.

Plus d'informations:

To top