CPC-SKEK

NEWSLETTER DE LA CPC

Automne 2015

Chers membres de la CPC,
Mesdames, Messieurs,

Dans cette Newsletter, vous trouverez entre autre des informations sur des organisations membres de la CPC et des évènements à venir. Nous vous souhaitons une bonne lecture!

Essais de concombres et dégustation chez Zollinger Samen, le 15 juillet 2015

Cette année, la firme Zollinger a testé des anciennes variétés de concombre dans le cadre du projet PAN-RPGAA « Sichtung und Sanierung von Gemüse » (05-NAP-P86). Plusieurs acteurs dans la conservation des ressources phytogénétiques ont répondu à l’invitation de Robert Zollinger le 15 juillet, comme Artha Samen, la banque de gènes nationale Agroscope de Changins, Erschmatt Sortengarten, ProSpecieRara, l’OFAG et la CPC.

Les graines proviennent de la banque de gènes Agroscope à Changins en majorité, d’Artha Samen, de diverses entreprises du commerce de graines suisses, et aussi de donneur privé. : 81 variétés de concombres ont été plantées dans une grande serre sur le site des Evouettes et réparties selon deux systèmes de culture. Les variétés hautes (62 accessions) sont fixées par des ficelles dans un système pouvant atteindre 3 mètres de haut et les variétés rampantes (23 accessions) évoluent dans un système au sol. Ces dernières comprennent les petits concombres (Petit vert de Paris et cornichon). 

Des 81 variétés semées, neuf n’ont pas germé dû à l’âge des graines. L’essai a été effectué en pleine terre selon la pratique standard. Pour la lutte contre les ravageurs, divers auxiliaires ont été introduits au cours de la culture. Durant la croissance, 46 caractéristiques selon UPOV (Union pour la protection des obtentions végétales) et 15 caractéristiques d’importance agronomique ont été observés.

Le résultat est étonnant : 72 variétés différentes de concombre ont pu être dégustées. Effilé, long ou court avec gros diamètre, arqué ou plutôt droit…ce légume possède une belle variation de formes. Plus complexe était l’attribution de notes de saveur telle que juteux, Spongieux, sucré en dehors de l’amertume.

La liste positive concombre possède actuellement 4 variétés et pourrait en accueillir d’autres après l’examen des propriétés selon UPOV et d’importance agronomique et validation par le groupe de travail Légume du PAN-RPGAA.

Pour plus d'informations: https://www.zollinger-samen.ch/fr

Pour la CPC, A. Bourqui

Vers le haut

Visite de l'organisation Biosem

Le 21 juillet a eu lieu la visite de l’organisation membre Biosem guidée par Martin Brüngger, biologiste. Située à Chambrelien dans le canton Neuchâtel, avec comme toile de fond les Alpes et le lac de Neuchâtel, Biosem est une ferme familiale biologique de 18 hectares dirigée par Adrian Jutzet, qui a réussi à diversifier ses activités.

Un jardin de démonstration PAN-RPGAA bilingue sur le thème « de la plante sauvage aux légumes cultivés » informe et sensibilise le public à la valeur de la diversité des légumes cultivés, en particulier des légumes régionaux et suisses et à leur parenté avec les plantes sauvages indigènes.

Biosem multiplie depuis 2015 des accessions de courges, haricots, poireaux, laitues, carottes entre autre dans le cadre du PAN-RPGAA, dont certains légumes cultivés sous tunnel afin d’éviter des croisements avec d’autres cultures de la même espèce. Des bourdons doivent y être lâchés afin d’assurer la pollinisation. La multiplication du domaine destinée à la banque de graines de la Confédération utilise env. 200m carrés, tandis que la multiplication pour Sativa un peu plus d’un demi-hectare. Biosem assure la multiplication d’environ 18 variétés pour Sativa Rheinau situé dans le canton de Zürich. En effet, la conservation demande des quantités relativement petites (5000 graines).

Par contre, les distances entre variétés de la même espèce ainsi que pour éviter des contaminations avec des virus sont plus exigeantes. La moitié des légumes à multiplier pour le projet PAN sont des bisannuels. Dans ce cas, la culture doit passer un hiver avant de finir son cycle. Certaines accessions résistantes peuvent passer la saison froide dehors, d’autres doivent être déterrées, stockées à la cave en hiver et soigneusement replantées en printemps. Chaque étape est sujette à des risques (maladies, souris, dessèchement entre autres) et dois être bien planifié si une culture veut être amenée à finir son cycle et produire des graines de qualités. Le lot final, nettoyé et trié doit germer à 85% au minimum.

On y trouve également un jardin self-service bio qui propose des légumes de variétés anciennes et modernes ainsi que des arbres haute-tige qui permettent la production de jus de pomme.  Une partie importante de la surface du site a été convertie en surfaces de compensation écologique.

Des visites guidées sont organisées et une collaboration avec le restaurant de la gare de Chambrelien et deux cuisiniers gastronomiques de Delect’Instinct à Cernier offrent des repas de saison avec les légumes et herbes cultivés sur le site. Nos membres pourront bénéficier de l’offre animation et repas en 2016 lors de l’assemblée générale.

Pour plus d'informations: http://www.biosem.ch/

Pour la CPC, A. Bourqui

Vers le haut

Séance d'information à la 6e session de l'organe directeur du IT-RPGAA et le Fonds pour le partage des avantages

Du 5-9 octobre 2015 aura lieu à Rome la 6ème session de l’organe directeur du Traité International (IT) sur les RPGAA. Une séance d’information a été organisée par l’OFAG à Berne le 24 août où des représentants de l’OFEV, de ProSpecieRara, de la Déclaration de Berne, de l’union suisse des paysans, de Syngenta, et de la CPC s’y sont retrouvés.

L’accès aux ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture (RPGAA) et le partage des avantages découlant de leur utilisation sont réglés dans le cadre du Système multilatéral (SMTA) établi par le Traité. Les transactions entre fournisseurs et utilisateurs de ressources phytogénétiques, notamment celles de l’Annexe 1 du Traité, sont effectuées à l’aide de l’Accord-type de transfert de matériel (ATM). Selon les estimations fournies par le Secrétariat, plusieurs milliers d’ATM sont conclus chaque année, en majorité par les Centres du groupe consultatif pour la recherche agricole internationale. Au niveau suisse, la banque de gènes nationale a délivré, depuis 2007, 132 ATM portant sur plus de 1753 accessions.

La 6ème session de l’Organe directeur sera précédée d’une réunion de deux jours du Groupe de travail ad hoc en charge d’améliorer le fonctionnement du Système multilatéral d’accès et de partage des avantages chargé à ce moment de réviser l’accord type de transfert de matériel. 11 ans après son entrée en vigueur, le Traité se trouve à une étape critique. Il doit réellement démontrer ses avantages comparatifs notamment pour la conservation des variétés et des espèces d’importance locale et régionale à travers la promotion de leur utilisation durable, et pour l’accès facilité à toutes les RPGAA. De plus, le Traité doit pouvoir générer de nouvelles ressources financières sur une base régulière et prédictible, grâce à un mécanisme fonctionnel de partage des avantages basé sur des paiements liés à l’utilisation des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture.

La 6ème session sera aussi l’occasion de faire le bilan sur la Stratégie de financement et l’état des activités de mise en œuvre du Traité dans les pays en développement. Concrètement, la Stratégie de financement doit faciliter la mobilisation des ressources financières nécessaires pour la mise en œuvre du Traité dans les pays en développement. Elle se base sur trois piliers : le Fonds fiduciaire pour la diversité des cultures, le Fonds pour le partage des avantages et les financements bilatéraux et multilatéraux au titre de la coopération. Le Fonds pour le partage des avantages est sous le contrôle direct de l’Organe directeur et le processus de sélection des projets sous la responsabilité de son Bureau. Lors de sa 3ème session, l’Organe directeur a approuvé un Plan stratégique ambitieux pour la collecte de fonds, avec un objectif fixé à 116 millions Dollars d’ici à 2014. Ce but n’a pas été atteint. Les versements obligatoires au titre de partage des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques du SMTA devraient constituer la principale source de contributions au Fonds, mais ces versements sont quasiment inexistants jusqu’à aujourd’hui. Ils sont étroitement liés au développement et la commercialisation de nouvelles variétés de plantes cultivées, ce qui prend plusieurs années. De plus, les versements obligatoires ne sont applicables que lorsque le matériel commercialisé n’est plus disponible sans restriction à des fins de recherche et de sélection. Pour l’instant, le Fonds pour le partage des avantages est surtout alimenté par des contributions volontaires des Etats, qui s’élevaient à 23.4 millions Dollars au 1er juillet 2015. Les Fonds pour le partage des avantages a pu lancer en 2008, 2010, 2014 trois cycles de projets, pour un financement total d’environ 18 millions Dollars.

Sur le plan politique, il s’agira de renforcer le processus visant à garantir un flux régulier et prévisible de ressources financières vers le Fonds pour le partage des avantages et à renforcer l’accès au matériel génétique.

L’Organe directeur devra également définir les détails de la collaboration avec la Convention sur la diversité biologique (CDB) et son Protocole de Nagoya, dans le cadre du Régime international sur le partage des avantages. Les modalités de coopération entre la Commission sur les ressources génétiques de la FAO et le Secrétaire du Traité, ainsi qu’entre Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures et le Secrétariat du Traité devront également être discutées.

Pour plus d’informations:

http://www.planttreaty.org/fr/content/le-fonds-de-partage-des-avantages-accueil

https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/20031827/index.html

Pour la CPC, A. Bourqui

Vers le haut

Dépôt de projets PAN-RPGAA favorisant une utilisation durable des plantes cultivées

Le Plan d’action national pour la conservation et l’utilisation durable des ressources phytogénétiques dans l’alimentation et l‘agriculture (PAN-RPGAA) permet désormais de présenter des projets visant une utilisation ciblée d’une grande diversité de RPGAA. Ces projets destinés à l’utilisation durable de RPGAA peuvent prévoir les activités suivantes:

  • Descriptions détaillées de RPGAA en vue de l’évaluation de leur potentiel
  • Fourniture de matériel de multiplication de base sain
  • Développement et sélection de variétés qui répondent aux besoins d’une production de niche et qui ne sont pas destinées à la culture de grandes surfaces

Des fonds sont encore disponibles notamment pour le développement et le travail de sélection de variétés. Pour que ces projets puissent bénéficier d’un soutien de la Confédération, il faut indiquer dans les demandes dans quelle mesure ils peuvent contribuer à une production diversifiée, novatrice ou durable avec des variétés adaptées aux conditions locales. En outre, l’utilisation de RPGAA doit être financièrement autonome à moyen ou long terme et être déterminée principalement par le marché. C’est pourquoi il faut aussi que ces projets bénéficient déjà autant que possible de fonds propres et de fonds de tiers. Les demandes de projets dont le lancement est prévu à partir de 2016 peuvent encore être soumises d’ici au 15 octobre 2015.

Vous trouverez de plus amples informations sur le dépôt de projet et le formulaire de demande ici :

http://www.blw.admin.ch/themen/01623/01627/01694/01696/index.html?lang=fr

Vers le haut